Silvestre Baudrillart est professeur de français et de latin dans un lycée de la région parisienne. Il nous livre sur son site quelques réflexions personnelles sur la littérature, la conjugaison, l’enseignement, l’éducation...

Derniers articles

  • Chants Saint-Gervais

    24 octobre 2011, par Silvestre Baudrillart

    1 1 La première en chemin, Marie tu nous entraînes A risquer notre "oui" aux imprévus de Dieu. Et voici qu’est semé en l’argile incertaine De notre humanité, Jésus Christ, Fils de Dieu. Marche avec nous, Marie, sur nos chemins de foi, Ils sont chemins vers Dieu, ils sont chemins vers Dieu. 2 La première en chemin, joyeuse, tu t’élances, Prophète de celui qui a pris corps en toi. La Parole a surgi, tu es sa résonance Et tu franchis des monts pour en porter la voix. Marche avec nous, Marie, aux chemins (...)

  • Autorité et confiance

    24 octobre 2011, par Silvestre Baudrillart

    A PROPOS DE L’AUTORITÉ
    L’autorité est une nécessité en éducation : le jeune en a besoin pour se construire. Une autorité extérieure redresse les défaillances de la volonté. Sa source n’est pas le charisme personnel, mais la nécessité de la fonction, qui découle elle-même de la compétence acquise. Elle doit pourtant être conquise, car elle ne relève pas du pouvoir coercitif.
    LES COMPOSANTES DE L’AUTORITÉ
    L’autorité fait intervenir trois composantes : le chef qui la pratique, les jeunes qui l’acceptent, et (...)

  • 15 arguments pour la non-mixité

    29 septembre 2011, par Silvestre Baudrillart

    A. LA MIXITÉ SCOLAIRE ? UNE « CONQUÊTE » DISCUTABLE
    1) La mixité scolaire s’est développée sans vraies raisons pédagogiques, par commodité.
    D’après le livre de Michel FIZE, Les Pièges de la mixité scolaire, il n’y a eu aucune réflexion pédagogique préalable : la mixité s’est imposée parce que c’était plus facile d’élargir les établissements existants de cette manière, que de prévoir des structures non-mixtes financièrement plus risquées. Dans de nombreux endroits, cela permettait d’assurer des matières (...)

  • La conjugaison en bref (3)

    29 septembre 2011, par Silvestre Baudrillart

    E. SUBJONCTIF PRÉSENT
    1) RÈGLE GÉNÉRALE · Terminaisons : e, es, e, ions, iez, ent C’est un mélange d’indicatif présent et imparfait. On peut le faire précéder de « il faut que ».
    2) ÊTRE ET AVOIR • Les terminaisons sont particulières. · Être : radical soi- >que je sois, que tu sois, qu’il soit, que nous soyons, que vous soyez, qu’ils soient • Avoir : radical ai- >que j’aie, que tu aies, qu’il ait, que ns ayons, que vs ayez, qu’ils aient • Ces deux verbes sont les seuls à ne pas avoir de i après le y au (...)

  • La conjugaison en bref (2)

    29 septembre 2011, par Silvestre Baudrillart

    B. IMPARFAIT DE L’INDICATIF
    1) TERMINAISONS · Ais, ais, ait, ions, iez, aient · Devant -ions et -iez, le radical se maintient : >Je créais, nous créions, vous créiez >Je nettoyais, nous nettoyions, vous nettoyiez >Je criais, nous criions, vous criiez >Je signais, nous signions, vous signiez >Je brillais, nous brillions, vous brilliez >Je fuyais, nous fuyions, vous fuyiez
    2) VERBES EN -ELER ET -ETER · Ils ne doublent pas la consonne (pas d’e muet) >J’appelais, nous appelions ; je jetais, nous (...)

0 | ... | 365 | 370 | 375 | 380 | 385 | 390 | 395 | 400 | 405 | 410