Accueil du site > 6. Littérature > 61. Anthologie > A > APOLLINAIRE Guillaume (1880-1918) > Les sapins

Les sapins

mardi 27 octobre 2015, par Silvestre Baudrillart

  • Les sapins en bonnets pointus
  • De longues robes revêtus
  • Comme des astrologues
  • Saluent leurs frères abattus
  • Les bateaux qui sur le Rhin voguent
  • Dans les sept arts endoctrinés
  • Par les vieux sapins leurs aînés
  • Qui sont de grands poètes
  • Ils se savent prédestinés
  • À briller plus que des planètes
  • À briller doucement changés
  • En étoiles et enneigés
  • Aux Noëls bienheureuses
  • Fêtes des sapins ensongés
  • Aux longues branches langoureuses
  • Les sapins beaux musiciens
  • Chantent des noëls anciens
  • Au vent des soirs d’automne
  • Ou bien graves magiciens
  • Incantent le ciel quand il tonne
  • Des rangées de blancs chérubins
  • Remplacent l’hiver les sapins
  • Et balancent leurs ailes
  • L’été ce sont de grands rabbins
  • Ou bien de vieilles demoiselles
  • Sapins médecins divaguants
  • Ils vont offrant leurs bons onguents
  • Quand la montagne accouche
  • De temps en temps sous l’ouragan
  • Un vieux sapin geint et se couche

Guillaume Apollinaire (1880-1918)