Accueil du site > 6. Littérature > 64. Mes poèmes

64. Mes poèmes

Dernier ajout : 17 novembre 2015.

Articles de cette rubrique

  • Pray for Paris

    17 novembre 2015, par Silvestre Baudrillart

    Dans les rues de Paris, le bruit et la fureur, Les larmes et le sang, les claquements des balles, Les éclairs de la guerre et les cris de douleur Ont criblé la douceur de la nuit automnale. Et pourquoi cette haine et ces désirs de mort ? Que veulent-ils, ces gens, dans leur sombre violence ? Un Coran travesti est ce poison si fort, Dans la guerre en Orient est la sombre semence. Sur la Croix, le grand mot du Christ est le Pardon, De son Cœur transpercé sort la Miséricorde. Pour les bourreaux (...)

  • Ah ! les dictées...

    10 février 2015, par Silvestre Baudrillart

    Ah ! les dictées, ce sont des tissus qu’on rapièce : Sur des textes jolis les fautes font des trous ; L’élève, tisserand d’une nouvelle espèce, Écrit sans le savoir des récits un peu fous. Est-ce si difficile, au fond, de bien écrire ? Orthographe, omoplate, est-ce si compliqué ? Pour que la phrase brille, il faut bien se relire, Et les mots bien conçus seront bien accordés. Il faut passer le texte à la brosse à reluire, Vérifier chaque accord, épeler, soupeser, S’arrêter sur les mots, à l’envers les (...)

  • Ode aux reliques de la Passion

    7 février 2015, par Silvestre Baudrillart

    Relique de la Croix, Clou, Couronne d’Épines, Témoignages d’amour de Dieu pour les humains, Jésus vous a subis, dans Sa folie divine, Alors qu’en Sa Passion Il étendait les mains. La Couronne, garnie d’épines acérées, Sur Sa tête placée en signe de mépris, Sur le bois de la Croix Ses mains ensanglantées Par les clous enfoncés dans Ses poignets meurtris, Et tout Son corps blessé par les dures lanières Lestées des doubles plombs de la Flagellation, Et tout Son corps offert aux opprobres (...)

  • Notre-Dame du Sourire

    23 juillet 2014, par Silvestre Baudrillart

    Notre-Dame du Sourire, Silhouette sur le mur, Ton visage semble dire : Venez, enfants au cœur pur ! Les yeux baissés, en silence, Ô douce Maman du Ciel, Tu attends nos confidences Avec ton cœur maternel. Epure qui te projettes Au centre de la blancheur, Esquisse simple et discrète, Tu parles à notre cœur. Souviens-toi donc, ô ma Mère, Qu’on n’a jamais entendu Qu’aucun de ceux qui espèrent En toi, ait été déçu. Puisqu’à toi mon âme s’ouvre Comme celle d’un enfant, Cette brume qui la couvre, Dissipe-la, (...)

  • Noël 1988, boulevard Saint-Michel

    30 mars 2013, par Silvestre Baudrillart

    Te souviens-tu, Jésus ? Noël de l’an dernier… L’appartement en pleins travaux et nos cœurs endeuillés… Nous ne pouvions recevoir personne et Tu es arrivé, l’Enfant fragile que personne n’a la dureté de refuser, et nous t’avons fêté dans notre intimité comme on fête la Naissance de Dieu. Maintenant un an a passé et tout a bien changé ; le travail de Maman ; et même l’appartement peu à peu, comme un convalescent sortant d’une douloureuse opération, par les efforts de chacun s’est beaucoup amélioré. Mais Toi Tu (...)

0 | 5 | 10 | 15 | 20