Accueil du site > 6. Littérature > 61. Anthologie > H > HUGO Victor (1802-1885)

HUGO Victor (1802-1885)

Dernier ajout : 25 juillet 2015.

Articles de cette rubrique

  • Les Djinns

    25 juillet 2015, par Silvestre Baudrillart

    Murs, ville, Et port, Asile De mort, Mer grise Où brise La brise, Tout dort. Dans la plaine Naît un bruit. C’est l’haleine De la nuit. Elle brame Comme une âme Qu’une flamme Toujours suit ! La voix plus haute Semble un grelot. D’un nain qui saute C’est le galop. Il fuit, s’élance, Puis en cadence Sur un pied danse Au bout d’un flot. La rumeur approche. L’écho la redit. C’est comme la cloche D’un couvent maudit ; Comme un bruit de foule, Qui tonne et qui roule, Et tantôt (...)

  • Les Oiseaux

    29 juillet 2014, par Silvestre Baudrillart

    Je rêvais dans un grand cimetière désert ; De mon âme et des morts j’écoutais le concert, Parmi les fleurs de l’herbe et les croix de la tombe. Dieu veut que ce qui naît sorte de ce qui tombe. Et l’ombre m’emplissait. - Autour de moi, nombreux, Gais, sans avoir souci de mon front ténébreux, Dans ce champ, lit fatal de la sieste dernière, Des moineaux francs faisaient l’école buissonnière. C’était l’éternité que taquine l’instant. Ils allaient et venaient, chantant, volant, sautant, Égratignant la mort de (...)

  • Elle était pâle, et pourtant rose...

    5 novembre 2012, par Silvestre Baudrillart

    Elle était pâle, et pourtant rose, Petite avec de grands cheveux. Elle disait souvent : je n’ose, Et ne disait jamais : je veux. Le soir, elle prenait ma Bible Pour y faire épeler sa sœur, Et, comme une lampe paisible, Elle éclairait ce jeune cœur. Et, dans la chambre humble et déserte, Où nous sentions, cachés tous trois, Entrer par la fenêtre ouverte Les souffles des nuits et des bois, Tandis que, dans le texte auguste, Leurs cœurs, lisant avec ferveur, Puisaient le beau, le vrai, le juste, Il me (...)

  • Tristesse d’Olympio

    18 décembre 2011, par Silvestre Baudrillart

    N’existons-nous donc plus ? Avons-nous eu notre heure ? Rien ne la rendra-t-il à nos cris superflus ? L’air joue avec la branche au moment où je pleure ; Ma maison me regarde et ne me connaît plus. D’autres vont maintenant passer où nous passâmes. Nous y sommes venus, d’autres vont y venir ; Et le songe qu’avaient ébauché nos deux âmes, Ils le continueront sans pouvoir le finir ! Car personne ici-bas ne termine et n’achève ; Les pires des humains sont comme les meilleurs ; Nous nous (...)

  • Sur une barricade

    18 décembre 2011, par Silvestre Baudrillart

    Sur une barricade, au milieu des pavés Souillés d’un sang coupable et d’un sang pur lavés, Un enfant de douze ans est pris avec des hommes. - Es-tu de ceux-là, toi ? - L’enfant dit : Nous en sommes. - C’est bon, dit l’officier, on va te fusiller. Attends ton tour. - L’enfant voit des éclairs briller, Et tous ses compagnons tomber sous la muraille. Il dit à l’officier : Permettez-vous que j’aille Rapporter cette montre à ma mère chez nous ? - Tu veux t’enfuir ? - Je vais revenir. - Ces voyous Ont peur ! (...)

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25