Accueil du site > 6. Littérature > 61. Anthologie > V > VERLAINE Paul (1844-1896)

VERLAINE Paul (1844-1896)

Dernier ajout : 1er janvier 2013.

Articles de cette rubrique

  • Je ne sais pourquoi

    1er janvier 2013, par Silvestre Baudrillart

    Je ne sais pourquoi Mon esprit amer D’une aile inquiète et folle vole sur la mer. Tout ce qui m’est cher, D’une aile d’effroi Mon amour le couve au ras des flots. Pourquoi, pourquoi ? Mouette à l’essor mélancolique, Elle suit la vague, ma pensée, À tous les vents du ciel balancée, Et biaisant quand la marée oblique, Mouette à l’essor mélancolique. (...)

  • Art Poétique

    6 décembre 2012, par Silvestre Baudrillart

    De la Musique avant toute chose ! Et pour cela préfère l’Impair Plus vague et plus soluble dans l’air Sans rien en lui qui pèse et qui pose. Il faut aussi que tu n’ailles point Choisir tes mots sans quelque méprise : Rien de plus cher que la chanson grise Où l’Indécis au Précis se joint. C’est des beaux yeux derrière des voiles, C’est le grand jour tremblant de midi ; C’est, par un ciel d’automne attiédi, Le bleu fouillis des claires étoiles ! Car nous voulons la Nuance encor, Pas (...)

  • Il pleure dans mon cœur

    5 novembre 2012, par Silvestre Baudrillart

    Il pleure dans mon cœur Comme il pleut sur la ville ; Quelle est cette langueur Qui pénètre mon cœur ? Ô bruit doux de la pluie Par terre et sur les toits ! Pour un cœur qui s’ennuie, Ô le chant de la pluie ! Il pleure sans raison Dans ce cœur qui s’écœure. Quoi ! nulle trahison ?... Ce deuil est sans raison. C’est bien la pire peine De ne savoir pourquoi Sans amour et sans haine Mon cœur a tant de peine ! Paul VERLAINE (...)

  • Après trois ans

    5 novembre 2012, par Silvestre Baudrillart

    Ayant poussé la porte étroite qui chancelle, Je me suis promené dans le petit jardin Qu’éclairait doucement le soleil du matin, Pailletant chaque fleur d’une humide étincelle. Rien n’a changé. J’ai tout revu : l’humble tonnelle De vigne folle avec les chaises de rotin... Le jet d’eau fait toujours son murmure argentin Et le vieux tremble sa plainte sempiternelle. Les roses comme avant palpitent ; comme avant, Les grands lys orgueilleux se balancent au vent, Chaque alouette qui va et vient m’est (...)