Accueil du site > 6. Littérature > 61. Anthologie > M > MUSSET Alfred de (1810-1857)

MUSSET Alfred de (1810-1857)

Dernier ajout : 1er janvier 2013.

Articles de cette rubrique

  • Nuit de mai

    1er janvier 2013, par Silvestre Baudrillart

    Quel que soit le souci que ta jeunesse endure, Laisse-la s’élargir, cette sainte blessure Que les séraphins noirs t’ont faite au fond du cœur ; Rien ne nous rend si grands qu’une grande douleur. Mais, pour en être atteint, ne crois pas, ô poète, Que ta voix ici-bas doive rester muette. Les plus désespérés sont les chants les plus beaux, Et j’en sais d’immortels qui sont de purs sanglots. Lorsque le pélican, lassé d’un long voyage, Dans les brouillards du soir retourne à ses roseaux, (...)

  • Venise

    24 décembre 2011, par Silvestre Baudrillart

    Dans Venise la rouge, Pas un bateau qui bouge, Pas un pêcheur dans l’eau, Pas un falot. Seul, assis à la grève, Le grand lion soulève, Sur l’horizon serein, Son pied d’airain. Autour de lui, par groupes, Navires et chaloupes, Pareils à des hérons Couchés en ronds, Dorment sur l’eau qui fume, Et croisent dans la brume, En légers tourbillons, Leurs pavillons. La lune qui s’efface Couvre son front qui passe D’un nuage étoilé Demi-voilé. Ainsi, la dame abbesse De (...)

  • Chanson de Fortunio

    24 décembre 2011, par Silvestre Baudrillart

    Si vous croyez que je vais dire Qui j’ose aimer, Je ne saurais, pour un empire, Vous la nommer. Nous allons chanter à la ronde, Si vous voulez, Que je l’adore et qu’elle est blonde Comme les blés. Je fais ce que sa fantaisie Veut m’ordonner, Et je puis, s’il lui faut ma vie, La lui donner. Du mal qu’une amour ignorée Nous fait souffrir, J’en porte l’âme déchirée Jusqu’à mourir. Mais j’aime trop pour que je die Qui j’ose aimer, Et je veux mourir pour ma mie Sans la nommer. Alfred de MUSSET (1810-1857) (...)

  • Ballade à la lune

    23 décembre 2011, par Silvestre Baudrillart

    C’était, dans la nuit brune, Sur le clocher jauni, La lune Comme un point sur un i. Lune, quel esprit sombre Promène au bout d’un fil, Dans l’ombre, Ta face et ton profil ? Es-tu l’oeil du ciel borgne ? Quel chérubin cafard Nous lorgne Sous ton masque blafard ? N’es-tu rien qu’une boule, Qu’un grand faucheux bien gras Qui roule Sans pattes et sans bras ? Va, lune moribonde, Le beau corps de Phébé La blonde Dans la mer est tombé. Lune, en notre mémoire, De tes belles amours L’histoire T’embellira (...)