Accueil > Littérature > Anthologie > G > GAUTIER Théophile (1811-1872)

GAUTIER Théophile (1811-1872)

Dernier ajout : 17 avril.

Articles de cette rubrique

  • Notre-Dame

    17 avril, par Silvestre Baudrillart

    I
    Las de ce calme plat où d’avance fanées, Comme une eau qui s’endort, croupissent nos années ; Las d’étouffer ma vie en un salon étroit, Avec de jeunes fats et des femmes frivoles, Echangeant sans profit de banales paroles ; Las de toucher toujours mon horizon du doigt.
    Pour me refaire au grand et me rélargir l’âme, Ton livre dans ma poche, aux tours de Notre-Dame ; Je suis allé souvent, Victor, A huit heures, l’été, quand le soleil se couche, Et que son disque fauve, au bord des toits qu’il (...)

  • Soleil couchant

    18 décembre 2011, par Silvestre Baudrillart

    Notre-Dame Que c’est beau ! Victor HUGO En passant sur le pont de la Tournelle, un soir, Je me suis arrêté quelques instants pour voir Le soleil se coucher derrière Notre-Dame. Un nuage splendide à l’horizon de flamme, Tel qu’un oiseau géant qui va prendre l’essor, D’un bout du ciel à l’autre ouvrait ses ailes d’or, - Et c’était des clartés à baisser la paupière. Les tours au front orné de dentelles de pierre, Le drapeau que le vent fouette, les minarets Qui s’élèvent pareils aux sapins des forêts, Les (...)

  • Premier sourire du printemps

    18 décembre 2011, par Silvestre Baudrillart

    Tandis qu’à leurs œuvres perverses Les hommes courent haletants, Mars qui rit, malgré les averses, Prépare en secret le printemps. Pour les petites pâquerettes, Sournoisement lorsque tout dort, Il repasse des collerettes Et cisèle des boutons d’or. Dans le verger et dans la vigne, Il s’en va, furtif perruquier, Avec une houppe de cygne, Poudrer à frimas l’amandier. La nature au lit se repose ; Lui descend au jardin désert, Et lace les boutons de rose Dans leur corset de velours vert. Tout en composant (...)

  • L’obélisque de Paris

    18 décembre 2011, par Silvestre Baudrillart

    Sur cette place je m’ennuie, Obélisque dépareillé ; Neige, givre, bruine et pluie Glacent mon flanc déjà rouillé ; Et ma vieille aiguille, rougie Aux fournaises d’un ciel de feu, Prend des pâleurs de nostalgie Dans cet air qui n’est jamais bleu. Devant les colosses moroses Et les pylônes de Luxor, Près de mon frère aux teintes roses, Que ne suis-je debout encor’, Plongeant dans l’azur immuable, Mon pyramidion vermeil Et de mon ombre, sur le sable, Ecrivant les pas du soleil ! Rhamsès, un jour mon bloc (...)

  • L’obélisque de Luxor

    16 novembre 2011, par Silvestre Baudrillart

    Je veille, unique sentinelle De ce grand palais dévasté, Dans la solitude éternelle, En face de l’immensité. A l’horizon que rien ne borne, Stérile, muet, infini, Le désert sous le soleil morne, Déroule son linceul jauni. Au-dessus de la terre nue, Le ciel, autre désert d’azur, Où jamais ne flotte une nue, S’étale implacablement pur. Le Nil, dont l’eau morte s’étame D’une pellicule de plomb, Luit, ridé par l’hippopotame, Sous un jour mat tombant d’aplomb ; Et les crocodiles rapaces, Sur le sable en feu des (...)