Silvestre Baudrillart est professeur de français et de latin dans un lycée de la région parisienne. Il nous livre sur son site quelques réflexions personnelles sur la littérature, la conjugaison, l’enseignement, l’éducation...

Derniers articles

  • L’incendie de Notre-Dame de Paris

    17 avril, par Silvestre Baudrillart

    « Tous les yeux s’étaient levés vers le haut de l’église. Ce qu’ils voyaient était extraordinaire. Sur le sommet de la galerie la plus élevée, plus haut que la rosace centrale, il y avait une grande flamme qui montait entre les deux clochers avec des tourbillons d’étincelles, une grande flamme désordonnée et furieuse dont le vent emportait par moments un lambeau dans la fumée. Au-dessous de cette flamme, au-dessous de la sombre balustrade à trèfles de braise, deux gouttières en gueules de monstres (...)

  • A Notre-Dame de Paris

    17 avril, par Silvestre Baudrillart

    Mais il vient un jour, il vient une heure,
    il vient un moment où saint Marcel et sainte Germaine,
    Et saint Germain lui-même et notre grande amie
    cette grande sainte Geneviève,
    Et ce grand saint Pierre lui-même ne suffit plus
    Et où il faut résolument faire ce qu’il faut faire…
    …Et s’adresser directement à celle qui est au-dessus de tout…
    …Parce qu’aussi elle est infiniment bonne,
    A celle qui intercède,
    La seule qui puisse parler avec l’autorité d’une mère.
    S’adresser hardiment à celle qui est infiniment (...)

  • Notre-Dame de Paris

    17 avril, par Silvestre Baudrillart

    Notre-Dame est bien vieille : on la verra peut-être
    Enterrer cependant Paris qu’elle a vu naître ;
    Mais, dans quelque mille ans, le Temps fera broncher
    Comme un loup fait un boeuf, cette carcasse lourde,
    Tordra ses nerfs de fer, et puis d’une dent sourde
    Rongera tristement ses vieux os de rocher !
    Bien des hommes, de tous les pays de la terre
    Viendront, pour contempler cette ruine austère,
    Rêveurs, et relisant le livre de Victor :
    Alors ils croiront voir la vieille basilique,
    Toute ainsi (...)

  • Notre-Dame

    17 avril, par Silvestre Baudrillart

    I
    Las de ce calme plat où d’avance fanées, Comme une eau qui s’endort, croupissent nos années ; Las d’étouffer ma vie en un salon étroit, Avec de jeunes fats et des femmes frivoles, Echangeant sans profit de banales paroles ; Las de toucher toujours mon horizon du doigt.
    Pour me refaire au grand et me rélargir l’âme, Ton livre dans ma poche, aux tours de Notre-Dame ; Je suis allé souvent, Victor, A huit heures, l’été, quand le soleil se couche, Et que son disque fauve, au bord des toits qu’il (...)

  • Aimer ses élèves

    14 avril, par Silvestre Baudrillart

    Aimer ses élèves, cela doit se manifester par des actes concrets, individuels ou collectifs, tout en sachant que les affections particulières doivent être bannies, de même que les antipathies particulières : la notion d’amour des élèves doit être englobée dans celle, plus vaste, de justice.
    1. DISPONIBILITÉ Donner du temps en cours, en répondant aux questions Être disponible en-dehors du cours, pour une question posée dans la cour ou dans le couloir. Être ouvert aux diverses problématiques des élèves : (...)

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 395