Accueil du site > 6. Littérature > 61. Anthologie > R > ROSTAND Edmond (1868-1918)

ROSTAND Edmond (1868-1918)

Dernier ajout : 1er janvier 2013.

Articles de cette rubrique

  • Ballade du Duel

    1er janvier 2013, par Silvestre Baudrillart

    Je jette avec grâce mon feutre, Je fais lentement l’abandon Du grand manteau qui me calfeutre, Et je tire mon espadon ; Élégant comme Céladon, Agile comme Scaramouche, Je vous préviens, cher Myrmidon, Qu’à la fin de l’envoi je touche ! Vous auriez bien dû rester neutre ; Où vais-je vous larder, dindon ?... Dans le flanc, sous votre maheutre ?... Au cœur, sous votre bleu cordon ?... - Les coquilles tintent, ding-don ! Ma pointe voltige : une mouche ! Décidément… c’est au bedon, Qu’à la fin de l’envoi (...)

  • Tirade des Nez

    1er janvier 2013, par Silvestre Baudrillart

    Ah ! Non ! C’est un peu court, jeune homme ! On pouvait dire... oh ! Dieu ! ... bien des choses en somme... En variant le ton, —par exemple, tenez : Agressif : « moi, monsieur, si j’avais un tel nez, Il faudrait sur le champ que je me l’amputasse ! » Amical : « mais il doit tremper dans votre tasse : Pour boire, faites-vous fabriquer un hanap ! » Descriptif : « c’est un roc ! ... c’est un pic... c’est un cap ! Que dis-je, c’est un cap ? ... c’est une péninsule ! » Curieux : « de quoi (...)

  • Les Rois Mages

    22 décembre 2012, par Silvestre Baudrillart

    Ils perdirent l’étoile, un soir ; pourquoi perd-on L’étoile ? Pour l’avoir parfois trop regardée, Les deux rois blancs, étant des savants de Chaldée, Tracèrent sur le sol des cercles au bâton. Ils firent des calculs, grattèrent leur menton, Mais l’étoile avait fui, comme fuit une idée. Et ces hommes dont l’âme eût soif d’être guidée Pleurèrent, en dressant des tentes de coton. Mais le pauvre Roi noir, méprisé des deux autres, Se dit "Pensons aux soifs qui ne sont pas les nôtres, Il faut donner quand (...)